avoir le courage de faire quelque chose
se risquer
perturbation de l'atmosphère, accompagnée de pluie, de vent, de tonnerre et d'éclairs
tout ce qui est créé
avoir une grande peur
outil composé d'un manche et d'une lame tranchante destiné à fendre et à couper
bruit provoqué par l'action de gratter
difficile à comprendre ou à expliquer
arme à feu individuelle portative
voir de nouveau
ensemble des poils d'un animal
doux au toucher comme de la soie
aspect, comportement
installation qui sert à prendre les animaux
soumettre à un risque grave
informer à l'avance
avertir d'un danger
se battre
Horrible, très pénible
Satisfaire
libérer
lieu pour se cacher
intoxiquer, infecter
doigts des pieds
plat de légumes cuits et écrasés
enveloppe dure de la tortue
faire du vent
moteur thermique
se faire plaisir
qualité de celui qui est fier
perdre sa capacité à attendre
espace consacré à la culture des arbres fruitiers
choqué, frappé
enveloppe dure de l'escargot
porté à s'agiter bruyamment
mauvais temps
dessin colorié
considérer attentivement avec les yeux
plante à fleur rouge
chacun des éléments qui forment la corolle d'une fleur
tranquillement
terrain couvert d'une herbe courte
Lecture



queulalo

Le Lion et la Panthère

L'aventure d'un jardinier

Voilà pourquoi la tortue a une carapace

La petite pomme rouge

Le crayon vert

 


Les mots difficiles dans ces textes sont soulignés. Pour afficher leurs explications il suffit de positionner le curseur sur le mot désiré.
queulalo

Dans une forêt lointaine, vivait un vieil homme. La forêt contenait des espèces bien bizarres, et le vieil homme n'osait pas s'aventurer trop loin, même accompagné de ses trois chiens de chasse.


Un soir, un orage énorme éclata au dessus de la forêt. le vieil homme rentra chez lui, et dans le coin, près d'un trou, se tenait une étrange créature, qui avait la queue enroulée autour de son corp. Le vieil homme, effrayé, saisit une hache, et coupa la queue. La créature s'enfuit, et le vieil homme bloqua le trou à l'aide de vieilles planches de bois. Sur le plancher, la queue de la créature gisait, et le vieil homme, qui n'avait mangé pendant des semaines, décida de la manger. Bien que le gout soit étrange, il mangea tout, en laissant une part à ses chiens. Puis, il alla se coucher. Comme il allait s'endormir, il entendit des grattements. Puis, une mystérieuse voix lui dit:

- Queulalo, queulalo, rendez-moi ma queulalo!

Le vieil homme, effrayé, envoya ses trois chiens dehors. Il attendit, et deux revinrent. Il attendit encore, puis se dit que le troisième chien allait revenir bientôt. Il retourna se coucher, mais dès qu'il ferma ses yeux, le grattement recommença, et la voix dit à nouveau:

- Queulalo! Queulalo! rendez-moi ma queulalo! Je sais que vous l'avez, rendez-la moi!

Le vieil homme envoya ses deux chiens dehors. Il attendit, et un revint. Il attendit encore, puis ferma la porte, se disant que ses deux autres chiens devaient être en train de chercher cette créature mystérieuse. Puis, il s'assit dans son lit, et entendit de nouveau:

- Queulalo, queulalo, rendez-moi ma queulalo! JE LA VEUX!

Le vieil homme envoya son chien dehors, et attendit. Mais le chien ne revint point. Il attendit encore un peu, puis juste comme il se dirigeait vers son lit, il entendit:

- Queulalo! Queulalo! RENDEZ-MOI MA QUEULALO!

Le vieil homme saisit son fusil et sortit. On ne le revit plus jamais, mais si un jour vous vous aventurez dans une forêt mystérieuse, vous allez peut-être entendre:

- Queulalo, queulalo, j'ai retrouvé ma QUEULALO!!!

une histoire écrite par
Marie-France
septembre 1999

Sommaire

Le Lion et la Panthère

Il était une fois une belle panthère au pelage doux et soyeux et aux yeux verts. Elle vivait heureuse et était entourée de ses amis les Animaux de la savane et de Latira, l’enfant du village. Ils étaient gentils et sérieux.

Un jour, la Panthère qui courait à vive allure après une proie, tomba soudain dans un piège dressé par son ennemi de toujours le Lion. Un de ses amis, l’oiseau, vit la panthère tombant dans le piège et il alla jusqu’au village prévenir ses amis du danger qui la menaçait. Tous les animaux allèrent, le plus rapidement possible, alerter l’enfant du village, Latira.

Pendant ce temps, le Lion alla au piège et tenta de ramener la Panthère dans sa tanière pour la manger. La Panthère se défendit et se sauva.

Au village Tyr, l’enfant Latira, très inquiet, décida de préparer tous les animaux du village à aller sauver la Panthère. Ils se lancèrent tous sur les traces de la panthère, ignorant que celle-ci venait tout juste de réussir à échapper aux griffes du Lion. L’enfant Latira lança les chevaux à vive allure, tous les animaux amis de la Panthère étaient accrochés à la crinière des chevaux. Ils galopaient si vite, qu’ils ne virent même pas l’énorme piège creusé par le Lion et ils tombèrent tous dedans.

La Panthère, tout en s’enfuyant, vit que tous ses amis, les animaux du village, étaient à leur tour prisonniers de l’affreux Lion.

« Vite à l’arbre magique ! » pensa la Panthère. Cet arbre magique avait le pouvoir d’exaucer tous les voeux.

« Bonjour grand arbre magique, j’aimerais bien délivrer mes amis du village du méchant Lion, mais je ne sais pas où ils sont. »

L’arbre magique lui répondit :

« Regarde dans mon feuillage, tu verras tes amis emprisonnés et le lieu où ils se trouvent. »

La Panthère regarda attentivement et alla chercher ses amis. Elle courut pendant toute la nuit et au petit matin elle trouva la cachette du Lion. Elle attendit et au coucher du soleil le Lion sortit pour aller chasser. Juste au moment où il sortait de sa cachette, sa queue toucha celle de la panthère. Le Lion se retourna vivement et la vit. Il lui sauta dessus, elle se défendit et d’un violent coup de patte, elle lui creva l’oeil. Il s’enfuit hurlant de douleur et il mourut en chemin.

La Panthère délivra tous ses amis et devint la reine de la savane. Aucun lion ne les embêta plus jamais.

Fin.

Ce conte a été inventé dans le cadre d’un projet d’écriture par cinq élèves de la classe de CM2 de l’école Georges Debono à Sermaise (91).
Clément, Charles, Amandine, Léna, et Aurélie ont ainsi écrit ce conte
C’est l’histoire d’une panthère qui se fait capturer par un méchant lion et qui réussit à se sauver, puis à sauver tous ses amis de la savane...

Sommaire

L'aventure d'un jardinier

M. Dujardin est un jardinier.

petites histoires
Un jour, il a mangé une carotte empoisonnée. Il s'est transformé.

Sa tête est devenue une énorme citrouille.
Ses jambes sont devenues des concombres assez longs.
Le bouton qui était sur son nez, est devenu un horrible petit pois.
Son nez est devenu un petit radis.
petites histoiresSa bouche est devenue une banane arrondie.
J'ai oublié. Ses dents sont devenues des prunes.
Sans parler de ses cheveux qui sont devenus du persil appétissant.
Ses doigts et ses orteils sont devenus des haricots verts.
Sa langue est devenue de la purée de carottes.
Ses bras sont devenus des courges vertes.

Si je l'attrape, je mangerais une partie de son corps le matin, le midi et le soir.

une histoire imaginée par Marc-Antoine

Sommaire

Voilà pourquoi la tortue a une carapace

Autrefois, au pays des Anciens, les tortues n'avaient pas de carapace. Elles ne cessaient d'avoir rhumes, bronchites, angines et autres maladies.


Quand le roi du pays des Anciens demanda la cause de ces maladies, elles leur répondirent qu'elles étaient si lentes qu'elles n'avaient jamais le temps de courir sous un rocher quand il pleuvait ou sous un toit lorsqu'il ventait.

Le roi s'écria avec colère : "Que voulez-vous que je fasse moi, vous mettre des turbos à la place de vos pattes peut-être??"

Les tortues, blessées par les mots du roi, se contentèrent de répliquer avec douceur :

- "Nous ... voudrions ... un abri ... qui ne ... vous coûterait ... pas ... une salade".

Et c'est alors que les tortues géniales se fabriquèrent des carapaces, avec un peu d'eau, d'herbe et de terre que leur donna le roi. Cela ne lui coûta rien à lui, si ce n'est la fierté d'avoir pu aider ses sujets.

Maintenant, chaque tortue est munie d'une carapace.

Bien souvent depuis les tortues attendent la pluie avec impatience, juste pour avoir le plaisir de rentrer dans leur abri et petit à petit, pouvoir s'endormir.

Voilà pourquoi la tortue a une carapace ...
tortue

une histoire imaginée par Valérie

Sommaire

La petite pomme rouge

pommierL'automne arrivait et déjà les pommes rougissaient sur les branches du pommier. "Ce sera bientôt le moment d'être cueillies", se disaient-elles.

Une petite pomme déjà toute rouge s'impatientait et ne cessait de se répéter:

- Je crois que ce sera un beau voyage que je vais faire! J'en ai assez d'être attaché à cette branche. J'ai déjà tout vu et revu le paysage et il ne change presque jamais

Les autres pommes qui l'entouraient, plus grosses, plus sages et plus patientes lui disaient:

- Le moment viendra, cesse donc de t'agiter.

Or un matin, alors que la campagne se réveillait, il y eut de gros nuages dans le ciel. Puis un formidable coup de tonnerre. Et tout juste après un grand éclair. Le vent se mit à souffler, souffler.

Toutes les pommes s'accrochaient fort à la branche en se cachant sous les feuilles pour rester à l'abri de la pluie.

Voyant cela, de l'autre côté du verger, un petit escargot se décida à sortir se promener. La pluie, il adorait ça!!

Et le voilà parti, glissant dans l'herbe encore bien verte et tendre. C'était un vrai bonheur pour lui que tout cette eau.

Arrivé sous le pommier il décide de se reposer un instant.

Mais, au même instant un gros coup de vent souffla dans les branches du pommier et... ce qui devait arriver arriva: la petite pomme impatiente fut décrochée de l'arbre et après avoir heurté quelques branches sur son passage, elle atterrit violemment sur la coquille du pauvre petit escargot!

- Ouille! ouille! fit la pomme

- Aïe! Aïe! fit l'escargot

L'un et l'autre était bien mal en point.

Heureusement l'orage était déjà fini. Heureusement encore les enfants du village voisin arrivèrent avec leur classe pour étudier les champignons du petit bois derrière le verger. L'un d'eux, plus curieux que les autres, ou plus turbulent, s'approcha du pommier et aperçut la pomme et l'escargot.

- M'sieur! M'sieur! demanda-t-il à son instituteur. Regardez ce que j'ai trouvé!!

Puis il ramassa la pomme et l'escagot et l'apporta dans son panier. C'était, pour lui, encore bien mieux que des champignons.

Voilà comment la pomme devint l'amie de l'escargot, sur une table au fond de la classe, bien à l'abri des intempéries.

pommeescargot

une histoire imaginée par Isabelle

Sommaire

Le crayon vert

boite a crayonDans leur boîte tous les crayons sont bien alignés, bien taillés.

Lorsque Mina arrive, son coloriage à la main, elle s'approche de la boîte et l'ouvre fièrement.

- Comme ils sont beaux mes crayons de couleur! s'exclame-t-elle.

Elle vient de les avoir en cadeau pour son anniversaire.

Elle s'installe bien droite sur la chaise, pose son coloriage sur la table et contemple encore tous ses crayons avant de choisir le crayon bleu pour commencer à colorier le ciel sans nuage.

Elle admire son oeuvre, repose le crayon bleu et hésite entre le jaune pour colorier le soleil ou le rouge pour les petits coquelicots de la prairie.

Finalement elle choisit le jaune et rend le soleil éclatant! Pour un peu elle irait chercher des lunettes de soleil pour regarder son dessin.

- À vous les petits coquelicots, dit-elle à sa feuille. À toi crayon rouge, s'adresse-t-elle à son crayon.

En avec application elle prend soin de ne pas déborder. C'est qu'elles sont très petites ces pétales, heureusement que la mine du crayon est bien taillée!

- Voilà! Il me reste encore l'herbe et ce sera presque terminé!

crayon vertElle s'empare du crayon vert et commence à colorier le gazon.

- Mais... que se passe-t-il, s'étonne-t-elle?

Le crayon vert colorie la pelouse en mauve!! Mina n'en croit pas ses yeux: le crayon est vert, la mine est verte, mais quand elle l'utise tout devient mauve sur la feuille blanche!!

Elle secoue son crayon, comme pour faire venir la couleur verte jusqu'au bout de la mine, et recommence à colorier.

Rien n'à faire: mauve, mauve, mauve!!

- Que se passe-t-il petit crayon vert? lui demande-t-elle gentiment. Tu ne veux pas colorier?

- Si je veux bien, dit le crayon vert, mais pas l'herbe! On me fait toujours colorier l'herbe! Je voudrais colorier... le soleil!

- Voyons dit Mina d'un ton sérieux, tu ne peux pas colorier le soleil d'abord il est jaune le soleil et en plus il est déjà colorié.

- Alors je veux colorier le ciel! déclare le crayon vert.

- C'est encore impossible, lui explique Mina patiemment. Le ciel est bleu et il est déjà terminé.

- Alors... les fleurs? interroge le crayon vert

- Encore impossible, continue Mina. Les coquelicots sont rouges et je viens juste de les finir.

- Bon... alors que reste-t-il? demande le crayon vert

- L'herbe! dit Mina, juste l'herbe et le petit papillon qui s'envole.

- Un papillon? demande le crayon vert. Oh! s'il-te-plaît laisse moi colorier une de ses ailes!!

- Et ensuite tu voudras bien colorier l'herbe en vert,? questionne Mina prudente.

- D'accord, répond le crayon vert.

Alors Mina s'appliqua avec grand soin pour colorier une aile de papillon... en vert et toute la pelouse aussi. Le crayon vert, qui ne faisait plus la mauvaise tête, s'était enfin décidé à colorier en vert.
coloriage

Une histoire imaginée par Marie

Sommaire

Référence : http://www.momes.net

francais5.educaprimaire.com

Préparé par Chadli Mohamed mchadli4@yahoo.fr

educaprimaire.com